Comment fonctionnent les désherbeurs thermiques ?

Une technique TRÈS efficace

Le désherbage thermique est une technique assez récente pour désherber le jardin et combattre les mauvaises herbes.  Cela regroupe plusieurs méthodes : le désherbage thermique à flamme directe, à infrarouge et à eau chaude. Décryptage sur ce mode de désherbage sans produit, et donc plus respectueux de l’environnement.

Comment fonctionne le désherbage thermique ?

Cela consiste à chauffer les plantes indésirables pour les tuer. La chaleur radiante produite par la source mobile de l’appareil va déclencher un choc thermique, les cellules végétales vont alors éclater et les mauvaises herbes vont être détruites.

Au contact de l’appareil, les cellules apicales des mauvaises herbes sont anéanties et la plante va se dessécher.  Le désherbage thermique peut avoir un effet jusqu’à dix centimètres de profondeur : on peut donc dire que votre désherbeur thermique attaque la plante en profondeur ! Les éventuelles racines profondes, comme celles des pissenlits, vont donc également être éradiquées.

Il ne faut pas brûler mais bien simplement chauffer les mauvaises herbes sinon le principe de choc thermique n’est plus efficace : vous risquez alors de voir les plantes “cicatriser “et repousser à nouveau.

Ainsi, il suffit de ne pas trop insister sur la plante en question en passant un simple coup de chaud à une dizaine de centimètres  pour abîmer ses tissus.  En effleurant les végétaux, quelques secondes suffiront alors à créer le choc thermique et ramollir les plantes nuisibles. Ce mode alternatif de désherbage s’avère ainsi naturellement efficaces sur des zones ciblées et peu étendues.

Un choc thermique destructeur

Revenons en détail sur ce qu’il se passe une fois que la plante a subi le choc thermique imprimé par l’appareil.

L’eau présente dans la mauvaise herbe s’évapore tandis que les protéines qu’elle contient sont dénaturées, celles-ci se mettent à coaguler, passant d’un état liquide à plus ou moins solide, la photosynthèse est alors stoppée : la plante ne reçoit plus les rayons du soleil. Son cœur, en quelque sorte, cesse donc de battre. Le dessèchement de la plante s’accélère naturellement : la haute température ressentie ne fait donc qu’accélérer un cycle déjà prévu par la nature.

L’effet du désherbage se remarque seulement quelques heures après, les mauvaises herbes (aussi appelées adventices) seront en fait complètement desséchées en quelques jours.

Quand, où, comment appliquer votre désherbeur thermique ?

 Le procédé du désherbage thermique se réalise généralement au printemps lorsque les mauvaises herbes sont encore de jeunes pousses, au stade dit « plantule », ou à l’automne pour éliminer tout autre départ de végétation (causé, la plupart du temps, par les graines apportées par le vent ou les oiseaux). Il faudra renouveler l’opération à plusieurs reprises pour épuiser les cellules des adventices. Pour les mauvaises herbes les plus coriaces, comme le lierre ou le chiendent, il faudra répéter l’action dix à quinze jours après la première application. Pour un résultat optimum, le désherbeur thermique devra être passé une à deux fois pendant la saison concernée.

Pour effectuer le désherbage thermique, il suffit de chauffer les plantes concernées en balayant la zone concernée sans vous attarder trop longtemps à un endroit. Au début, pour prendre la main, nous vous conseillons de vérifier que la chaleur produite a été suffisante pour s’attaquer aux feuilles (ou aux autres parties aériennes de la plante). Pour ce faire, pressez la feuille entre le pouce et l’index : si votre vitesse d’application est bonne, vous verrez apparaître une empreinte verte foncée. C’est gagné : la mauvaise herbe est en train de mourir.

Comptez une moyenne de 8 passages la première année puis 3 à 4 passages les années suivantes.  Aussi, il est préférable d’ôter les plantes mortes  afin qu’elles ne nourrissent pas le sol en matière organique. Ces réflexes permettront donc de réduire l’installation de plantes dites « spontanées ».

Un désherbage écolo, naturel & sans risque !

Le désherbage thermique est une véritable alternative au désherbage dit « chimique ». Véritable solution préventive et curative, le désherbage thermique permet d’éliminer les mauvaises herbes tout en respectant l’environnement.  Le désherbeur thermique va traiter de façon durable une parcelle.

Cette technique permet de diminuer l’usage de produits chimiques et autres solutions phytosanitaires comme le glyphosate qui représentent un réel danger pour la santé des utilisateurs pour se diriger vers des traitements du sol plus naturels. Utilisé dans les jardins et zones urbaines, le désherbeur thermique ne présente pas de danger pour la santé publique et l’environnement. Son utilisation ne pollue pas la terre, les sols, l’eau et l’air, malgré la faible émission de CO2, il n’y a pas de répercussion directe. En fait, grâce à votre désherbeur thermique, vous n’utiliserez plus de désherbant ! Après plusieurs saisons, cela peut représenter de réelles économies : en plus, vous allez gagner du temps pour soigner votre jardin…

On notera que cette technique de désherbage connaît un regain d’intérêt depuis les années 1980 et le développement de l’agriculture biologique. En effet, les pesticides étaient utilisés en masse et de façon abusive ; cela  a créé une augmentation des produits chimiques dans la nappe phréatique et les agriculteurs ont cherché des alternatives pour ne plus détruire la richesse de leurs terres.

Objectif : cibler les zones à désherber

Le désherbeur thermique est un appareil utilisé par les jardiniers particuliers mais, et c’est la preuve de son efficacité, par un public professionnel.

Les collectivités, dans une démarche de contrôle de la végétation spontanée, utilisent ce procédé pour entretenir les villes et villages. Les lieux publics sont soumis à un traitement naturel. Cela permet notamment aux cours d’écoles d’éviter toute intoxication. Et puis, il faut bien le dire, c’est bien plus rapide et efficace que les désherbants !

le desherbeur thermique électrique est précis

Rappelons aussi que le désherbage thermique est utilisé dans l’agriculture biologique, sur les parcelles des exploitations maraîchères par exemple. Le procédé est également largement plébiscité parce qu’il s’utilise par tous les temps.  Attention tout de même aux zones sujettes aux incendies, de type arides ou très sèches : retenons finalement qu’on ne désherbe pas en été, surtout avec un désherbeur thermique !

L’autre intérêt de ce type d’appareil, c’est de pouvoir cibler précisément les zones à désherber : allées, graviers, terrasses, mais aussi pour le jardin… Plus besoin d’avoir peur d’épandre un produit nocif pour vos plantes et massifs de fleurs : c’est votre geste qui va “cibler” la ou les plantes à éradiquer. Les organismes vivants à proximité que vous souhaitez conserver seront épargnés à 100% ! Aucun risque donc, ni pour votre potager, ni pour la nature.

Les zones difficiles d’accès ne posent aucun problème grâce au bras télescopique des désherbeurs thermiques ; en outre, d’autres méthodes de désherbage s’avèrent finalement moins efficaces que le désherbage thermique lorsqu’il s’agit de cibler des zones de petite surface.

Pour que désherber ne soit plus un calvaire !

Le succès de désherbage thermique est aussi dû à son confort d’utilisation.

Le désherbeur thermique permet d’enlever les mauvaises herbes sans fournir d’effort particulier. Contrairement aux méthodes manuelles ou chimiques, la structure de l’appareil permet à l’utilisateur de ne pas se pencher ou ne pas avoir à creuser.

le desherbeur thermique electrique est plus securisant puisqu'il n'y a pas de flamme mais il faudra tout de même respecter certaines règles de sécurité pour l'usage de l'appareil

De par sa prise en main, l’outil de jardinage est facile et confortable. On notera aussi sa maniabilité grâce au poids plume des plus petits appareils (environ 1 kilo). Les alliages récents, notamment avec l’aluminium, permettent un confort et une prise en main optimales.

Bye-bye le sarclage, les genoux dans la terre et le dos en compote ! Avec un désherbeur thermique, vous préservez votre terre (c’est écolo) mais vous prenez également soin de votre corps : et ça aussi, ça compte !

Nous sommes en fait à mi-chemin entre le désherbage manuel (qui se veut écolo et sélectif) et le désherbage mécanique (grâce à une machine). Vous bénéficiez ainsi des atouts de ces deux modes de désherbage 😉

Facile et sans risque

Utiliser un désherbeur thermique permet de limiter la manipulation de produits chimiques et toxiques. L’appareil, composé d’une longue tige et d’une poignée ergonomiques, permet aussi d’éviter tout risque de brûlure.

Des mesures de prévention, qui font simplement recours au bon sens, devront être toutefois être respectées:

  • Vérification de l’état du matériel: bouteille, fixation, date du flexible…
  • Vérification de l’état du sol
  • Être vigilant avec la chaleur ou la flamme
  • Ne pas utiliser l’appareil trop près de façade, vitre, véhicule ou matières plastique/bois
  • Veiller à fermer le robinet du brûleur après utilisation

Désherbeur électrique ou désherbeur à gaz ?

Deux types de désherbeurs thermiques existent sur le marché des particuliers :

  • Les désherbeurs thermiques électriques, maniables et bon marché.
  • Les désherbeurs thermiques à gaz, un chalumeau portatif très efficace.

Le désherbage thermique électrique bénéficie d’une haute portabilité et d’une facilité d’emploi supérieure, quand les désherbeurs à gaz sont plus efficaces et plus robustes. Nous avons préparé deux articles complets pour vous permettre de faire votre choix par vous-même !

Désherbeur thermique électrique : le test

Désherbeur thermique à gaz : le test